poésie et légendes

Articles archivés

Bonnes fêtes, Joyeux Noël, Bonne Année 2017

Créé par le 27 déc 2016 | Dans : Les Freres de la Doctrine Chrétienne, mot du président, poésie et légendes

Les étoiles de Noël, ne brillent pas dans les nuages. Elles éclairent comme un soleil, tous nos gestes de partage. Elles vivent bien longtemps, au creux des mains des enfants, de ceux qui ont toujours l’âge d’offrir avec joie leur temps.

(groupe totem)

etoiles sapinfichier pdf BULLETIN 2016

Quand on a que l’amour

Créé par le 24 oct 2016 | Dans : poésie et légendes

Paroles de Quand On N’a Que L’amour de J. Brel

Quand on n’a que l’amour
A s’offrir en partage
Au jour du grand voyage

Qu’est notre grand amour

Quand on n’a que l’amour
Mon amour toi et moi
Pour qu’éclatent de joie
Chaque heure et chaque jour

Quand on n’a que l’amour
Pour vivre nos promesses
Sans nulle autre richesse
Que d’y croire toujours

Quand on n’a que l’amour
Pour meubler de merveilles
Et couvrir de soleil
La laideur des faubourgs

Quand on n’a que l’amour
Pour unique raison
Pour unique chanson
Et unique secours

Quand on n’a que l’amour
Pour habiller matin
Pauvres et malandrins
De manteaux de velours

Quand on n’a que l’amour
A offrir en prière
Pour les maux de la terre
En simple troubadour

Quand on n’a que l’amour
A offrir à ceux-là
Dont l’unique combat
Est de chercher le jour

Quand on n’a que l’amour
Pour tracer un chemin
Et forcer le destin
A chaque carrefour

Quand on n’a que l’amour
Pour parler aux canons
Et rien qu’une chanson
Pour convaincre un tambour

Alors sans avoir rien
Que la force d’aimer
Nous aurons dans nos mains,
Amis le monde entier

 

Aider les autres

Créé par le 24 oct 2016 | Dans : poésie et légendes

Aider les autres
Bien sur tout en s’occupant de soi
C’est vivre pleinement en s’épanouissant

Aider les autres
C’est génial tout en étant valorisé
C’est ouvrir son cœur sans compter

Aider les autres
C’est un bon remède
Pour oublier ses soucis

Aider les autres
C’est la bonté, la force et l’amour
Guidé par son esprit et son cœur

Aider les autres
Nous apprends à progresser
En développant ainsi notre esprit

Aider les autres
C’est avoir de la patience,
Comme de la tolérance

Aider les autres
C’est avoir de la compréhension
C’est rester humble dans la sagesse

Aider les autres
C’est apprendre des leçons de la vie
C’est faire et offrir sa confiance

Aider les autres
C’est laisser parler nos cœurs
Par la gentillesse et la sagesse

Aider les autres
C’est être attentif aux besoins d’autrui
Sans remord et sans jugement surtout

Aider les autres
C’est écouter et réaliser
Ce que son cœur dicte

Aider les autres
C’est ouvrir son cœur
En offrant son amitié

Aider les autres
C’est aimer son prochain
Et être ouvert d’esprit

Aider les autres
C’est ouvrir la porte vers l’espérance
Apportant la force et le courage.

Alors, chaque fois que vous prendrez soin de quelqu’un, ne jamais oublier de vous réjouir dans l’amour, la force, et le courage par le pouvoir de votre esprit et surtout celui que votre cœur vous donne, avec le grand pouvoir de l’amour.

 

______________________________

Mireille Melouani

VIE ?

Créé par le 26 mar 2013 | Dans : poésie et légendes

Sur le bord de la rivière, un petit garçon

assis à côté de son Papi, pose cette question.

Papi qu’est-ce que c’est la vie ?

Papi se frotte la barbe, il a un air songeur.

La vie c’est tout ce qui t’entoure,

La vie c’est toi, mais c’est aussi ce papillon

qui se pose sur la fleur, c’est l’air que tu respires,

et ces grains de sable qui collent sur tes doigts.

C’est la chanson de l’oiseau mais c’est aussi

ce que tu penses dans ta tête.

Oui mon garçon c’est vraiment tout

C’est la douceur de la chaleur du soleil,

C’est les étoiles tout là-bas

C’est même la petite poussière d’étoile

qui flotte dans l’infini.

Mon garçon nous faisons partie de cette

Grande Vie.

Nous changeons parfois de forme

d’apparence comme moi,

j’étais jeune, maintenant je suis vieux et

j’ai beaucoup de rides, et même si nous devenons invisibles

 nous restons dans la Vie éternellement.

Mais Papi qui a fait cela ?

C’est là le grand Mystère, en tout cas

nous sommes tous des artisans de vie

en aidant, en travaillant, en aimant

chacun à sa manière.

Papi hoche la tête, regarde la rivière et se dit

Nous sommes tous eau de Vie

 

Eau de Vie (texte de Cyprien RAPHAERE)

 

La naissance…

 C’est une source

 Qui jaillit de la montagne

 Et autour de laquelle

 La nature resplendit.

 L’enfance…

C’est un filet d’eau

Qui bondit de toutes parts

Sans pouvoir échapper

A l’appel de la vallée.

 L’adolescence …

C’est un ruisseau

Qui cherche son lit 

Au milieu des rochers 

Et au milieu des prairies. 

L’âge mûr… 

C’est une rivière 

Qui grandit lentement 

Mêlant parfois son flot 

A celui d’une autre rivière 

Pour être toutes deux plus fortes 

Et pouvoir aller plus loin. 

 La vieillesse… 

C’est un fleuve 

Qui coule paisiblement

Repensant à son long périple 

Depuis cette lointaine montagne. 

 Mais … 

Quel que soit le fleuve 

La rivière ou le ruisseau 

Le filet d’eau ou la source 

 Ils arrivent tous 

Tôt ou tard … 

Là où tant d’autres sont déjà allés 

Là où tant d’autres se sont déjà retrouvés 

Dans l’Océan.

 

Chanson des baobabs

Créé par le 17 déc 2012 | Dans : poésie et légendes

Chanson des baobabs dans poésie et légendes madagascar-453-225x300

les baobabs amoureux

La lumière a fait de nous des esclaves d’amour.

Pour te serrer contre moi deux bras ne suffisent pas

Pour grandir auprès de toi, j’ai caressé de mes mains les rayons chauds du matin

Tant de pages se sont tournées sous le soleil et la pluie, parfois dans l’inconfort des journées sombres.

Parfois au contraire la douceur du moment crée le bonheur et l’espoir.

Nos fleurs époustouflantes s’épanouissent et donnent de magnifiques fruits.

La sérénade du vent la beauté de ses chants chaque jour nous rappochent.

On s’aime et on grandit ensemble.

L’amitié, paroles d’une chanson du groupe Mahaleo

Créé par le 21 nov 2012 | Dans : poésie et légendes

J’ai entendu une chanson du groupe Mahaléo, et je l’ai trouvée si belle que j’ai envie de partager ces paroles

Raha Mila Fanampiana
 
Si ce que tu as fait a tourné mal
Et que tu as besoin d’aide
N’oublie pas que quelque part il y a un ami
Ton véritable ami
Qui n’attend qu’un clin d’œil
Un signe de la main
Pour être prêt à affronter avec toi tes problèmes
C’est ça un ami, un véritable ami.
 
S’il y a quelque chose qui t’attriste
Et qui t’empêche de dormir la nuit
N’oublie pas que quelque part il y a un ami
Ton véritable ami
Il est pauvre et faible et démuni de richesse
Mais il n’est pas égoïste
Toujours prêt à aider sans contrepartie.
 
Si quelque fois tu te sens tout seul
Et que tu es malade et
Personne ne s’occupe de toi
N’oublie pas que quelque part il y a un ami
Ton véritable ami
Tu n’es pas seul, il pense à toi
Ne sois plus triste
Car même dans la nuit noire sous l’orage
Je viendrai sans tarder et très vite
 
C’est une amitié
Que les années ne pourront pas détruire
Toujours pure et vive
N’oublie pas que quelque part
Il y a toujours un ami
Ton véritable ami.

Hymne malgache

Créé par le 28 juin 2012 | Dans : poésie et légendes

Ry Tanindrazanay malala ô
Ry Madagasikara soa.
Ny fitiavanay anao tsy miala,
Fa ho anao ho anao doria tokoa.

 Ô Terre de nos ancêtres chérie
Ô belle Madagascar
Notre amour pour toi ne faillira pas
Et restera à ta cause éternellement fidèle.

Tahionao ry Zanahary
Nosindrazanay ity
Hiadana sy ho finaritra
He sambatra tokoa izahay.

 Bénis, ô Créateur,
Cette île de nos ancêtres
Qu’elle connaisse joie et bonheur
Et que nous soyons vraiment heureux.

 Ry Tanindrazanay malala ô
Irinay mba hanompoana anao
Ny tena sy fo fanahy anananay
‘zay sarobidy sy mendrika tokoa.

 Ô Terre de nos ancêtres chérie
Nous espérons mettre à ton service
notre corps, notre cœur, notre âme,
qui est certes précieux et plein de dignité

 Ry Tanindrazanay malala ô
Irinay mba hitahiana anao,
Ka Ilay Nahary izao tontolo izao
No fototra ijoroan’ny satanao.

 Ô Terre de nos ancêtres chérie
Nous implorons que tu sois bénie,
par le créateur de l’Univers
qui est la base de ton existence

 

 

 

 

Espérance

Créé par le 20 juin 2012 | Dans : poésie et légendes

 

 

Espérance

« quelques mots pour J-P »

 

Espérance  dans poésie et légendes P5115117-300x225

il y a autre chose

Tu étais là, rayonnante de vie,

et  puis soudain tu es partie.

La mort t’a arrêté en pleine activité.

Tu étais âgée, une vie bien remplie.

La mort est venue te faucher

Comme un épi mûri, comme un rose flétrie.

 

Je ne peux pas le croire,

Je ne comprends rien

Rien n’est compréhensible

Tout est fini

Jamais je ne te reverrai

N’y a-t-il pas autre chose ?

 

C’est impossible !

Tant d’amour, tant d’amitié,

Tant de liens tissés

Ne peuvent se rompre,

avec ton corps dans la tombe.

N’y a-t-il pas autre chose ?

 

Où es-tu ? Où êtes-vous ?

Morts de tous les temps ?

Êtes-vous toujours dans notre espace ?

Êtes-vous toujours dans notre temps ?

Il y a sûrement autre chose !

 

La vie n’est pas anéantie.

Elle est seulement autrement.

La Vie est une ronde d’Amour infinie

A laquelle nous appartenons tous.

Rien ne disparait à jamais.

Je crois fermement qu’il y a autre chose.

L’histoire de Boloky

Créé par le 29 jan 2012 | Dans : poésie et légendes

L’histoire de BOLOKY

 L'histoire de Boloky dans poésie et légendes boloky

Boloky est un magnifique perroquet. Il habite à Madagascar, la grande île rouge. Boloky  aime passer ses journées dans la brousse, loin de la Ville. Il n’aime pas trop les hommes qui font beaucoup trop de bruit.

Boloky est fier de son long bec jaune, aucun perroquet de sa famille ne peut se vanter d’avoir un si beau bec.

Grâce à son bec Boloky peut attraper sa friandise préférée le Valala.  Boloky adore manger cet insecte qui croustille sous son bec et qui a une saveur exquise. Il peut passer toute la journée à traquer et à attraper la sauterelle cachée sous l’herbe odorante, sous les feuilles, sur les buissons, même sur les broussailles épineuses il arrive à les attraper. Boloky est un gros gourmand il mange des centaines, des centaines de Valala  et n’en a jamais assez tellement c’est bon.

 

La famille des Valala en a plus qu’assez et après maintes discussions décide d’entrer en guerre contre Boloky.

 

Boloky est entrain de faire sa sieste sur une branche d’arbre, il somnole. Tout à coup le ciel devient noir. A moitié endormi il se dit qu’il rêve. Des bzzz…. Bzzzz…sifflent autour de ses oreilles. Boloky ouvre les yeux, mais comme il fait noir il se dit que c’est la nuit et qu’il fait un petit cauchemar, il a peut-être mangé  trop de valala, il décide de refermer ses yeux et d’attendre le lever du jour.

Mais voilà les bzzz bbzzz….  continuent à siffler autour de ses oreilles. Quelque chose le heurte, une autre chose le pince, le pique, le frappe, le bouscule. Boloky  sert les pinces de ses pattes pour ne pas tomber de la branche. Mais qu’est-ce qui m’arrive. Les coups n’arrêtent pas de pleuvoir, Boloky ouvre les  yeux mais ne voit rien ne discerne rien. Il est entouré d’un gros nuage noir piquant et pinçant qui veut sa peau. Boloky a peur. Les coups deviennent de plus en plus forts et s’acharnent surtout sur son beau bec. Boloky n’en peut plus. Quel cauchemar ! Il va tomber sous les coups de ce gros nuage noir. Il s’évanouit et  tombe au pied de l’arbre.

 

Quelques valala continuent encore à le frapper, la Reine de la famille clame victoire. La famille des Valala a gagné la guerre contre ce vilain prédateur, le perroquet au grand bec jaune, il ne fera plus de mal, ne mangera plus de sauterelles, son compte et bon.

 

Boloky se réveille, il a mal partout, il étire ses pattes , ouf rien de cassé, déploie ses ailes, ouf elles fonctionnent encore. Mon Dieu quelle nuit ! Quel cauchemar !

Boloky a soif,  en sautillant il s’approche de la mare pour se désaltérer.  La surface de l’eau brille au soleil comme un miroir. Boloky se regarde , mais , mais quel est cet affreux oiseau avec se bec tout cornu ? Boloky se rend compte que c’est lui, il pleure pendant toute une journée. Jamais il ne pourra plus attraper de valalas avec ce bec cassé. Jamais, jamais….

 

Mais boloky est un oiseau courageux, et découvre qu’avec ce nouveau bec il peut casser des noix et des graines qui renferment des gourmandises avec de nouvelles saveurs délicieuses.

 BOLOKY-1 boloky dans poésie et légendes

 

 

 

Poésie

Créé par le 12 mar 2011 | Dans : poésie et légendes

Je suis l’enfant sans amis
Qui joue seul avec de la poussière
Et le poussin tombe dans le fossé
S’il appelle, sa voix est petite
S’il vole, ses ailes sont faibles
S’il attend, il a peur du chat sauvage
Ne faites pas de notre amour un amour de pierre
Dont les morceaux ne peuvent se rejoindre
Mais un amour de lèvres, bien qu’irritées,
Elles se rapprochent l’une l’autre.

enfantjouantjouetprefre.jpg 

12

Salomé |
Association Jeunes Arch'ville |
amigadirimage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le 4L TROPHY 2009 : équipag...
| JAPE SYNODE CENTRE
| Confrérie de l'Ogre